Accueil » Boisard » L’Enfant et le Moineau par Boisard

L’Enfant et le Moineau par Boisard

icon-angle-double-right Boisard

Fanfan courait tout désolé ;
Son Moineau s’était envolé.
Dans le fond d’un sombre bocage
Il suivit son ami volage,
Et lui chanta cette chanson
Qui se perdit comme un vain son:
Reviens dans ta maison déserte,
Reviens becqueter dans ma main
A tes besoins toujours ouverte,
Le millet choisi grain à grain.
Cher Moineau, quitte ces demeures
Où te poursuit mon amitié ;
Loin de toi je compte les heures ;
Ah ! cède au moins à la pitié
Ta maisonnette est si gentille;
Veux-tu la quitter pour jamais;
Moi-même j’en dorai la grille ;
J’en ai fait un petit palais !
Je trouve en ce bois solitaire
Ma liberté qui m’est plus chère,
J’y veux mourir, reprit l’oiseau.
L’ami, ton discours est fort beau,
Mon palais aussi: quel dommage
Que ce palais soit une cage !

« L’Enfant et le Moineau par Boisard »

A voir aussi :

Le Singe à la Cour par Boisard

icon-angle-double-right Boisard Le Singe fut admis à la cour du Lion ; En quelle qualité, ...

L’Homme et l’Ane par Boisard

icon-angle-double-right Boisard Dans un champ hérissé de chardons, un Baudet Ayant fait place nette autour ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

CommentLuv badge