Les Nouvelles
Accueil » Jean-Pierre Claris de Florian

Jean-Pierre Claris de Florian

Jean-Pierre Claris de Florian

Jean-Pierre Claris de Florian

Jean-Pierre Claris de Florian est né à Florian près de Sauve, dans les Cévennes, le 6 mars 1755, perd sa mère très jeune, probablement à l’âge de deux ans.
Familier du château de Sceaux et protégé de Voltaire (son oncle). Lauréat de l’Académie, le 6 mars 1788, Florian atteignit le sommet de sa gloire en y entrant , remplaçant le cardinal de Luynes.
Banni de Paris pendant la Révolution, il fut emprisonné sous la Terreur. Il échappera à la guillotine lors de la chute de Robespierre, puis relâché au 9 thermidor ; Un an après il mourut des souffrances endurées pendant son emprisonnement, il avait alors 39 ans.
Florian a écrit, entre-autres plusieurs fables, presque aussi belles que celles de La Fontaine, des pièces de théâtre ainsi qu’ une traduction de Cervantès.
Malade, Florian meurt à Sceaux, le 13 septembre 1794 .

icon-angle-double-right Les fables de Florian :

Il y a quelque temps qu’un de mes ami ?, me voyant occupé de faire des fables, me proposa de me présenter à un de ses oncles, vieillard aimable et obligeant, qui , toute sa vie, avait aimé de prédilection le genre de l’apologue ; possédait dans sa bibliothèque presque tous les fabulistes, et relisait sans cesse La Fontaine.
J’acceptai avec joie l’offre de mon ami : nous allâmes ensemble chez son oncle.
…. j’ai reconnu dans vos fables, me dit-il, plusieurs sujets pris dans des fables anciennes ou étrangère.
Oui, lui répondis-je, toutes ne sont pas de mon invention. J’ai lu beaucoup de fabulistes ; et lorsque j’ai.trouvé des sujets qui me convenaient, qui n’ avaient pas été traités par La Fontaine je ne me suis fait aucun scrupule de m’en emparer. J’en dois quelques-uns à Esope, à Bidpaï, à Gay, aux fabulistes allemands, beaucoup plus à un Espagnol nommé Yriarté, poète dont Je fais grand cas, et qui ma fourni mes apologues les plus heureux. Je compte bien en prévenir le public dans une préface, afin que l’on ne puisse pas me reprocher. …

 icon-angle-double-right Florian :

  • Jean-Pierre-Claris de Florian naquit au pied des Cévennes, dans le château de Florian, non loin d’Anduze et de Saint- Hippolyte, en 1755. Les beautés naturelles de son pays, les habitudes casanières de son enfance, la médiocrité même de sa fortune, le disposèrent de bonne heure à goûter avec prédilection les douceurs de la vie pastorale. Il avait à peine connu sa mère, mais il n’ignorait pas les tendres soins dont elle avait entouré son berceau, et le souvenir de sa perte répandit sur ses premières années cette mélancolie sans amertume qui est un des principaux caractères de son talent. Ce qui donne à la lecture de Florian un charme particulier, c’est qu’elle nous ramène souvent à lui-même…la suite… Charles Nodet
  • Florian. Ce gracieux écrivain s’est exercé avec succès dans plus d’un genre de littérature; mais c’est surtout dans la fable qu’il a réussi. Moins ambitieux, mais aussi spirituel que La Mothe, moins naïf, mais aussi naturel que La Fontaine, c’est celui de nos fabulistes que l’estime publique place immédiatement après le fabuliste par excellence. « Œuvres d’Antoine Vincent Arnault – 1825. »
  •  » Il avait le privilège d’inspirer partout la joie par ses bons mots, ses contes, ses chansons… Point de langueur avec lui ; il faisait la guerre aux longues et tristes discussions par ses saillies, et quelquefois même, par ses jeux d’enfant  »
    « Pierre de Lacretelle. »

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge